Sélectionner une page

Loi Bioéthique,: Alliance VITA

« Rien n’est jouéTout doit être fait pour éviter le pire ; nous y travaillons. « 

Soutenir Alliance VITA

Chers amis,

Vous avez été très nombreux à réagir sur notre dernier message et nous tenons à vous remercier pour le soutien et la mobilisation dont vous faites encore preuve, au cœur de l’été, dans ce contexte incertain de crise sanitaire.

 

Dans la nuit du 1er août, à la toute fin de sa session extraordinaire, l’Assemblée nationale a adopté en 2ème lecture le projet de loi Bioéthique par un vote à main levée. C’est un texte qui franchit beaucoup de lignes rouges, avec des transgressions lourdes de conséquences pour les générations futures.

 

Il y a quelques jours, nous vous avions alerté grâce à notre dernière note d’analyse sur ces nombreuses mesures transgressives que la commission spéciale avait ajoutées au projet de loi, détricotant au passage le projet auquel le Sénat avait abouti en 1ère lecture.

Ont en particulier été adoptés :

  • Le remboursement par la sécurité sociale de la congélation des ovocytes et de la PMA, pour femmes seules ou vivant à deux, sans aucune raison médicale.
  • La fabrication d’embryons chimères homme-animal et d’embryons transgéniques.

Grâce à tous ceux qui se sont mobilisés, nous avons évité l’extension eugéniste du tri des embryons, qui visait à exclure les porteurs d’anomalies chromosomiques comme la trisomie 21. Cependant cette loi aboutit à une intensification du diagnostic prénatal et de la sélection des enfants à naître ouverte à des critères génétiques.

 

Malheureusement, en pleine nuit du 1er août, et sans vrai débat, a été voté par la poignée de députés présents un amendement indigne : l’ajout du critère invérifiable de « détresse psychosociale » pour accéder à l’avortement tardif dit médical « IMG », qui peut intervenir pendant les neuf mois de grossesse !

Alliance VITA s’est dépensée sans compter ces dernières semaines pour tenter d’infléchir le débatNous avons même été les seuls à lancer l’alerte sur l’effondrement de l’encadrement de l’avortement qui passait aperçu.

En juillet, notre campagne « Arrêtons de faire n’importe quoi ! » a pointé l’indécence de précipiter un vote qui peut entraîner des changements majeurs de société dans des moments ou bien d’autres sujets monopolisent l’attention… Notre pleine page d’alerte – censurée par certains médias – a été publiée par Le Nouvel Economiste et Valeurs actuelles.

Toutes ces actions ont pu être conduites grâce à votre précieux soutien : travail assidu auprès des parlementaires (envoi de courriers, propositions d’amendements), mobilisation de nos équipes, décryptage du projet de loi à chaque examen, interventions dans les médias, mobilisation unitaire inter-associative avec « Marchons enfants ».

 

Une nouvelle étape vient de s’achever. L’examen du projet de loi va se poursuivre en 2ème lecture au Sénat, à l’automne. Rien n’est jouéTout doit être fait pour éviter le pire ; nous y travaillons. Soyez sûrs que nous ne baisserons pas les bras. Nous manifesterons notre opposition par attachement au droit des plus fragiles, par tout moyen légal, aux étapes suivantes du processus législatif.

Nous ne manquerons pas de vous tenir informés des prochaines étapes de notre mobilisation.

 

Restons donc reliés.