Sélectionner une page

La Hongrie, 10 millions d’habitants en 2018, mène actuellement une politique familiale active.

Pour les européens de Bruxelles c’est une politique anti libérale. Pour ceux-ci la seule politique viable pour compenser la baisse du taux de natalité des femmes est l’immigration.

 

Depuis 2010 des mesures ont été prises pour combattre la dénatalité et l’émigration des jeunes vers l’Europe.

      Depuis 2014 les affaires familiales sont séparées des affaires sociales.

La loi fondamentale accorde une importance toute particulière à la famille et au mariage entre hommes et femmes.

      Le nombre de mariages est passé de 32 520 à 50 600 en 2017.

      Le nombre des divorces a baissé de 23 873 à 18 600.

Le nombre des avortements a baissé de plus d’un tiers passant de 40 449 à 28 000.

      Le taux de fertilité des femmes est passé de 1, 28 à 1, 5.

      La part des dépenses familiales dans le PIB est passée de 1, 8% à 5 %.

De nouvelles mesures ont été annoncées.

* pour les familles endettées, prise en charge de la dette par l’État à hauteur d’un million de forints (env. 3.300€) par enfant à compter du troisième

* construction et rénovation de crèches pour que toutes les familles y aient accès

* remboursement par l’État de 50% du prêt étudiant pour les femmes ayant leur deuxième enfant, et 100% dès le troisième enfant

* réduction supplémentaire des impôts pour les familles ayant plus de deux enfants